L’économie

L’économie birmane est complexe car bien que ce pays soit riche en ressources naturelles, il reste l’un des plus pauvres d’Asie. Son histoire légua, un système politique considéré comme étant l’un des plus corrompus au monde. Le pays est dirigé par une force militaire qui fait preuve d’une domination hégémonique et force la population civile au travail, notamment à la construction de pipelines destinés à transporter le pétrole et le gaz dans les pays limitrophes. La junte birmane nie les libertés fondamentales et s’en prend régulièrement aux minorités ethniques, ce qui ne l’empêche pas de bénéficier d’une économie prospère.

L'agriculture est un facteur important de l'économie birmane

L'agriculture est un facteur important de l'économie birmane

En Birmanie, la population est essentiellement rurale. Le pays produit de l’opium en abondance et le pavot est la ressource principale de l’économie du régime. Le pays bénéficie également d’une petite production pétrolière non-négligeable pour son économie. Il vend gaz, bois, minerais et électricité à plusieurs pays, principalement la Corée du Sud, la Chine et la Thaïlande. De nombreuses puissances asiatiques ont investi pour l’exploitation de ces ressources qui font la richesse de l’économie du pays.

En effet, les investisseurs internationaux ne sont pas découragés par l’oppression menée par le régime et chaque année le nombre d’entreprises étrangères installées en Birmanie augmente, ce qui permet à l’économie du pays de prospérer. Enfin, la junte militaire birmane profite également de la vente de pierres précieuses pour financer son régime. Il faut savoir que la majorité de la production mondiale de rubis provient de Birmanie et ceux-ci enrichissent l’économie de la junte.

Dans ce pays où la pauvreté règne, le rôle joué par l’aide humanitaire est crucial et favorise l’économie. La Commission européenne finance de nombreux programmes humanitaires et veille à préparer les communautés face aux catastrophes naturelles dangereuses pour l’économie du pays. Cette situation qui voit cohabiter pauvreté et dictature n’empêche pas la Birmanie d’être une destination touristique appréciée.

La majorité des touristes viennent d’Asie, principalement de Chine et du Japon. Ils apprécient le pays pour son climat favorable et sa culture. L’aide humanitaire et le tourisme sont critiqués par l’opposition qui estime qu’ils représentent un soutien financier non négligeable pour l’économie qui profite au régime en place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *