Le bouddhisme

La base de la philosophie bouddhiste repose sur l’idée que toute la vie est souffrance. Chaque humain est sujet aux traumatismes de la naissance, de la maladie, de la vieillesse et de la mort. La cause de la souffrance est le désir de l’accomplissement personnel, la convoitise, la malveillance, la cruauté, la fourberie, l’égoïsme. On ne peut atteindre le bonheur qu’en triomphant de ces désirs. Le bouddhisme n’est pas une religion telle qu’on entend dans le christianisme. C’est une pratique, une philosophie de vie.

Statue à l'image de Bouddha

Statue à l'image de Bouddha

Le bouddhisme prend sa source en Inde au VIe siècle av J.C. par Siddartha Gautama sur la frontière indo-népalaise. Il s’est ensuite surtout développé en Chine où fleurirent de nombreux monastères et temples. Plusieurs doctrines existent au sein du bouddhisme. Le Bouddha ne laissa aucun écrit, ses enseignements se transmirent par voie orale. Ce qui peut expliquer certaines déviances du bouddhisme, doctrines ou croyances qui varient selon les différentes écoles.

Il existe autant d’enseignements dans le bouddhisme que de Bouddha. L’apprentissage des différentes écoles et doctrines différent de la Birmanie à la Chine. On retiendra les deux écoles les plus courantes et répandues : Le Mahayana (le Zen est un des dérivés) et le Theravada. Le Mahayana affirme que le sort de chaque individu est lié au destin des autres. Que le Bouddha n’a pas disparu, il continue à offrir son aide spirituelle à ceux qui cherchent le Nirvana (la sérénité). Le Mahayana est le bouddhisme de la Chine, Japon, Vietnam, Corée, Mongolie. Le Theravada qui affirme que la recherche du Nirvana est une quête individuelle et solitaire. Les adeptes du Theravada ne reconnaissent qu’un seul Bouddha et en font davantage un exemple à suivre qu’une divinité. C’est le bouddhisme de la Birmanie, Thaïlande, Laos, Cambodge, Sri Lanka.

Même au sein de ces écoles, on dénombre des pratiques différentes selon les régions, les monastères et les adeptes. Au Tibet ou en Chine, se pratique une forme originale du Mahayana, le bouddhisme tantrique ou lamaïsme. Une forme de bouddhisme plus mystique que les autres et qui accorde une grande importance aux postures rituelles, aux paroles sacrées, aux rites secrets d’initiation. Les prêtres ou lamas, sont des êtres honorés, ils enseignent le bouddhisme tibétain. Le dalaï-lama est leur suprême représentant. On dénombre entre 300 et 500 millions d’adeptes dans le monde, c’est la quatrième religion mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *