La culture

La Birmanie, ou Myanmar, est un pays riche de traditions croisées qui font de sa culture unique un ensemble étonnant et complexe. Si le pays était jusqu’au début des années 1990 peu accessible au tourisme, sa beauté et ses richesses sont désormais ouvertes à tous les amoureux des belles découvertes.

L’hospitalité des Birmans et leur ouverture n’est plus à démontrer, bien que l’histoire politique du pays soit troublée. La culture birmane regroupe de nombreuses spécificités à découvrir, tant en matière de monuments que de fêtes ou encore d’arts.

Il convient de ne pas passer à côté de merveilles telles que les villes royales de Mandalay, les temples et villages lacustres ou encore les plages du Sud. La meilleure période pour profiter de la culture birmane se trouve être entre novembre et février, puisque vous évitez ainsi la saison des fortes chaleurs mais également la mousson qui a lieu en mai-juin et peut rendre vos visites moins agréables.

Globalement, la culture birmane est riche de métissages uniques ayant contribué à son unicité mais relève bien souvent du bouddhisme. La musique traditionnelle de Birmanie relève généralement d’un croisement entre les influences chinoises, indiennes et thaïlandaises. Depuis peu, la culture musicale birmane, très métissée, s’ouvre également aux influences occidentales. La culture littéraire suit le même principe, puisque initialement lyrique et inspirée par des influences Pāli, Môn et Thaï mais largement occidentalisée depuis le XIXème siècle lors de l’intégration de la Birmanie dans l’Empire britannique.

Les coutumes et traditions proviennent en grande partie du bouddhisme. On assiste en la matière à une prédominance de la culture traditionnelle Theravada mêlée de spécificités locales : près de 90% de pratique par les habitants selon les chiffres officiels. On vénère les membres de la Sangha bouddhiste à travers tout le pays. Les rites liés présentent généralement des aspects festifs, y compris dans les funérailles : veillée, prières bouddhistes et repas conviviaux sont généralement effectuée par une foule recueillie et cérémonieuse mais sans tristesse.

La gastronomie birmane comporte à ce titre généralement du curry peu épicé ou encore du ngapi, sorte de pâte salée assaisonnée aux poissons ou aux fruits de mer. De nombreuses salades et spécialités à base de crevettes ou de jeunes pousses coexistent. Autres spécificité : on mâche souvent du thé et l’influence chinoise est notable dans de nombreux plats. En revanche, il est de culture birmane de ne pas consommer de bœuf, compagnon de labeur. Les cuisines étrangères se multiplient dans les villes principales.

Culture birmane représentée ici par la culture du bois

Culture birmane représentée ici par la culture du bois

Enfin, on notera l’importance historique du travail du bois, des marionnettes mais aussi la présence de sports locaux comme la boxe birmane, le chinlon (sport de balle asiatique) mais aussi la prépondérance du football. En Birmanie, la culture s’exprime donc via des traditions métissées aux pratiques occidentales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *